Ressources
22 juillet 2019

Bilan de la 6ème réunion annuelle de la « Global Task Force on Cholera Control (GTFCC) »

De nombreux pays adhèrent à la stratégie d’élimination du choléra développée par la GTFCC. Une feuille de route « Ending Cholera Global Roadmap to 2030 » a été conçue pour guider les pays tout au long du processus de control et d'élimination du choléra.

Bilan de la 6ème réunion annuelle de la « Global Task Force on Cholera Control (GTFCC) »
La 6ème réunion annuelle du Global Task Force on Cholera Control (GTFCC) s'est tenue début juin 2019 à Veyrier du Lac, en France. Cette rencontre a été l'occasion de faire le point sur l’avancée de la feuille de route « Ending Cholera Global Roadmap to 2030 » au cours de la dernière année. A cette occasion, plusieurs pays ont présenté leurs progrès en matière de contrôle du choléra comme le lancement de plans nationaux d'élimination du choléra (PNC).
 
La feuille de route vise à éliminer le choléra en tant que menace pour la santé publique dans 20 pays et à réduire de 90 % les décès dus à la maladie d'ici 2030. Pour atteindre cet objectif, la GTFCC a mis en place un document-cadre comprenant des documents type et des outils afin de guider les pays tout au long du processus d’élaboration des PNC. Au cours de la réunion, ce cadre d'élimination du choléra a été présenté, ainsi que les activités des différents groupes de travail de la GTFCC (laboratoire ; surveillance ; vaccination orale choléra ; gestion de cas ; et eau, assainissement et hygiène).
 
La Zambie, Zanzibar et le Zimbabwe font partie des pays qui se sont engagés à éliminer le choléra et ont récemment lancé leur PNC. La Zambie a pour objectif de réduire la morbidité et la mortalité liées au choléra et d'éliminer la maladie dans le pays d'ici 2025. Zanzibar vise à éliminer la transmission locale de la maladie d'ici 2028. D’autres pays comme le Malawi souhaiteraient mettre un terme aux épidémies de choléra d'ici 2030. L'Éthiopie qui, jusqu’à maintenant, ne considérait que les diarrhées aqueuses aiguës, devrait enfin déclarer les cas de choléra.
 
Plusieurs pays ont fait état de progrès significatifs dans leurs efforts de lutte contre la maladie, tandis que d'autres n’arrivent toujours pas à contrôler les épidémies. Haïti a lancé la dernière phase de son PNC et a considérablement réduit le nombre de cas sur son territoire (537 384 cas suspects d'octobre 2010 à décembre 2011 contre 4 152 cas suspects de janvier 2018 au 18 mai 2019). Les cas de choléra en RDC sont en baisse depuis 2017 avec un total de 10 928 cas et 245 décès entre la semaine 1 et la semaine 20 de l’année 2019. La transmission du choléra s’est interrompue au Sud Soudan depuis décembre 2017. À Harare, au Zimbabwe, l'épidémie a été maîtrisée en l'espace de deux mois. La situation s'améliore dans d'autres pays tel que le Nigeria. Cependant, la lutte contre le choléra reste un défi majeur au Yémen, où 353 079 cas suspects ont été signalés entre le 1er janvier et le 26 mai 2019. Pendant cette période, les enfants de moins de cinq ans représentaient 22,5 % des cas enregistrés dans le pays.
 
En dépit de ces avancées notables, des défis restent à relever. Plusieurs pays ne se sont pas encore engagés à éliminer le choléra. De plus, la non-identification des « hotspots » est un frein à la mise en œuvre des actions de préparation, de prévention et de contrôle. Enfin, la surveillance épidémiologique du choléra n'est pas optimale et la grande majorité des cas sont considérés comme des cas suspects. En conséquence, les prochains objectifs décidés au cours de la réunion seront de soutenir les pays dans la mise en œuvre de la feuille de route et de mobiliser d’autres pays prioritaires dans le processus d’élimination de la maladie.