Ressources
1 avril 2019

Le cyclone Tropical Idai frappe le Mozambique, le Zimbabwe et le Malawi

À la suite du Cyclone Tropical Idai, les premiers cas de choléra ont été confirmés à Beira, au Mozambique, et l’Organisation Mondiale de la Santé met en garde contre le risque d’une deuxième catastrophe humanitaire.

Le Cyclone Tropical Idai frappe le Mozambique, le Zimbabwe et le Malawi
Le cyclone tropical Idai est l’une des pires catastrophes météorologiques de l’histoire récente en Afrique. Le cyclone a touché terre au centre du Mozambique dans la nuit du 14 mars 2019 près de la ville de Beira, dans la province de Sofala. Le cyclone a apporté des pluies torrentielles et des vents violents dans les provinces de Sofala, Zambezia, Manica et Inhambane. Lorsque la tempête s'est déplacée vers l'intérieur des terres, elle a provoqué des inondations et des destructions dans certaines parties du Mozambique, du Zimbabwe et du Malawi. Le sud du Malawi avait également connu de fortes pluies une semaine avant l’arrivée du cyclone. Au 26 mars, les inondations provoquées par le cyclone tropical Idai avaient touché près de 3 millions de personnes, dont des milliers avaient dû être déplacées, et causé au moins 678 décès au Malawi, au Mozambique et au Zimbabwe.

La ville portuaire de Beira au Mozambique a été la plus touchée, avec de nombreuses maisons submergées et détruites et des infrastructures de soins de santé gravement endommagées. Selon Médecins Sans Frontières, 90% de la zone autour de Beira a été impactée, avec des routes rendues inaccessibles et l'électricité coupée. Le système d’approvisionnement en eau de la ville a également été gravement endommagé, obligeant de nombreuses personnes à boire à des puits contaminés ou à de l’eau stagnante. En raison du manque d'accès à l’eau potable et des conditions de vie de plus en plus sordides, le gouvernement a annoncé que les premiers cas de choléra depuis le cyclone ont été enregistrés. Les premiers cinq cas ont été découverts le 27 mars à Munhava, l'un des quartiers les plus pauvres de Beira. Le nombre de cas de choléra aurait grimpé à au moins 139 le 29 mars. L'Organisation Mondiale de la Santé a mis en garde contre une « deuxième catastrophe » si une épidémie de choléra se propageait dans la région touchée par le cyclone.

Dans le sud du Malawi, les mauvaises conditions sanitaires entraînées par les pluies extrêmement abondantes dans les districts de Chikwawa et de Nsanje situés dans la partie inférieure du fleuve Shire ont également été aggravées par les pluies supplémentaires du cyclone Idai. Bien que le choléra n'ait pas encore été signalé dans cette région du Malawi, une épidémie reste aussi un risque majeur.
 
De nombreuses équipes d'urgence internationales et locales ont réagi à la catastrophe, notamment Médecins Sans Frontières, International Rescue Committee, Save the Children, le Comité International de la Croix-Rouge et une équipe de la Fondation Veolia.